Se reprendre en main dans la dignité et dans la paix

L'OEUVRE
DU DR. ILDEBERT HUARD

UN PARCOURS HORS DU COMMUN

Né le 15 mai 1929 à l'Anse-aux-Gascons, en Gaspésie, Ildebert Huard est l'aîné d'une famille de 13 enfants. Son père, pêcheur de métier, transmet sa passion à son fils dès son très jeune âge. Malgré son amour de la mer, Ildebert décide de faire ses études classiques chez les Clercs de Saint-Viateur, à Gaspé. En 1953, il entamera des études de médecine à l'Université Laval. Diplômé en 1957, il entreprend quatre années de spécialisation en médecine chirurgicale.

En 1961, il s'établit aux Îles-de-la-Madeleine, où il occupera les postes de chirurgien et directeur de l'hôpital Notre-Dame-de-la-Garde. Il y fondera sa famille et y aura les cinq premiers de ses sept enfants. Il revient à Québec en 1967 et fonde le Centre médical Saint-Thomas-d'Aquin, à Sainte-Foy, deux ans plus tard. Dans sa pratique de la médecine et de la chirurgie, il côtoie des patients aux prises avec des problèmes d'alcoolisme. Sollicité par des hommes d'affaires désireux de soutenir certains de leurs employés touchés par cette problématique, Ildebert Huard développe peu à peu l'idée d'un centre de thérapie qui viendrait en aide aux toxicomanes de la classe moyenne et ouvrière voulant apprendre à vivre en sobriété. Dans ce centre, le docteur Huard a mis à profit ses qualités d'homme et de médecin pour le rétablissement des personnes qui ont développé une dépendance aux substances psychoactives. L'intervention du docteur Huard dans le domaine de la toxicomanie déborde largement le cadre de la médecine et s'appuie sur des principes à la fois philosophiques, spirituels, psychologiques et sociologiques d'une sagesse à la hauteur de leur simplicité. Depuis maintenant plus de 30 ans, dans une approche empreinte d'authenticité sans concession, le docteur Huard s'accomplit dans le grand œuvre de sa vie, la Villa Ignatia.

LA VILLA IGNATIA

En février 1984, un centre de thérapie avec un personnel médical, paramédical et multidisciplinaire ouvre ses portes sous le nom de Villa Ignatia – du nom de l'infirmière qui collabora pendant longtemps avec les fondateurs des alcooliques anonymes. En s'inspirant de l'efficacité du modèle d'intervention «Minnesota», qui s'appuie sur le mode de vie proposé par les douze étapes des alcooliques anonymes, un programme de rétablissement prend forme à la maison de thérapie. Ce programme a évolué et progressé au fil du temps en intégrant d'importantes notions de l'approche biopsychosociale, au fur et à mesure que les connaissances sur la toxicomanie se développaient dans les milieux de recherches en médecine et en sciences sociales. C'est donc dans une optique humaniste, centrée sur la relation d'aide, que la Villa Ignatia se consacre depuis sa fondation au rétablissement des personnes présentant une problématique d'abus des substances psychoactives ou de dépendances à ces substances.